Abonnez-vous à la Happy newsletter  & 

recevez votre Kit booster de Bonheur !

Voyagez dans la positivité : rejoignez instagram

Découvrez des posts qui vous veulent du bien

22/01/2017

29/10/2016

25/10/2016

Please reload

Etes-vous plutôt FOMO ou JOMO ?

Faisons un test rapide : dans les deux listes de mots ci-dessous, choisissez la liste qui vous parle le plus.

- Liste A : Génération Z, stylé, personal branding, story, Insta, Snap

- Liste B : Anil Dash, door drop, holy hours, solitude, carpe diem

Si vous avez opté pour A, vous êtes plutôt FOMO. Si vous avez opté pour la liste B, vous êtes plutôt JOMO. Lisez la suite pour mieux comprendre vos résultats !

 

 

 

Une vie qui swingue

 

La FOMO (Fear of Missing Out) est une pathologie qui touche particulièrement les millennials, la génération Z, les urbains stylés, & les fans du personal branding. C’est le besoin irrépressible de se connecter aux réseaux sociaux, en tête de liste Facebook, Instagram & Snapchat, pour vérifier qu’on ne passe pas à côté de l’occasion sociale du siècle. C’est la peur constante de louper quelque chose d’extraordinaire, alimentée par le storytelling des uns & des autres. Sur les médias sociaux, chacun met son grain de sel pour livrer une version augmentée de sa vie : on poste des photos merveilleusement scénarisées de tranches de vie parfaitement parfaites… en omettant les galères & les détails pas super glam’, bien sûr !

 

Le pseudo bonheur affiché laisse une sensation de frustration, un amer blues du dimanche soir à celui qui n’a rien fait de son week-end, alors que tout le monde semble être allé à 2 before, 3 vernissages, 6 expos, 4 restos, 5 soirées, 2 after etc…

 

 

JOMO is the new FOMO

 

Ouf j’ai envie de vous dire, certains sont aux antipodes de la FOMO : ils sont joyeux à l’idée de passer à côté d’informations, ils éprouvent du plaisir à se déconnecter du flux permanent, à ne pas suivre les dernières séries à la mode. Ils n’ont pas envie de participer à tout, sont satisfaits d’être là où ils sont, chez eux, tranquilles Bill, alors que les autres s’éclatent de ouf en soirée. Ils sont atteints de JOMO (Joy Of Missing Out), acronyme inventé par l’entrepreneur Anil Dash.

 

La JOMO attitude repose sur 3 socles : déconnecter, vivre le moment présent, apprécier sa propre compagnie. Pour certains, être JOMiste c’est inné, alors que d’autres doivent apprendre.

 

 

Déconnecter

 

Nous avons tendance à développer une addiction à Internet & aux produits mobiles. Mais si l’on y réfléchit bien, on n’a pas autant besoin que ça de tous les outils digitaux à notre disposition. La JOMO attitude ne consiste pas à s’abstenir, mais à se poser des limites raisonnables.

 

Il ne faut donc pas la voir comme une détox digitale temporaire, mais plutôt comme un mode de vie équilibré pour votre cerveau. Comme ce smoothie au chou kale que vous vous préparez le matin, vous n’en avez pas toujours envie, ce n’est pas toujours tentant, mais vous le faites parce que c’est bon pour votre santé.

 

Vous pouvez commencer par noter vos habitudes digitales dans un carnet, histoire de constater l’étendue des dégâts : à quels sites & applications vous connectez-vous chaque jour ? Combien de temps ? Pourquoi ? Que pourriez-vous faire à la place ?

 

Ensuite, vous pouvez ajouter quelques objectifs sur votre carnet, du type, ne plus répondre immédiatement aux sms ou aux emails que vous recevez, ou désinstaller une appli trop chronophage.

 

Quelques entreprises de la tech commencent à se rendre compte de leur responsabilité dans la montée du FOMO & de l’urgence du changement. Par exemple, partant du principe que la technologie devrait améliorer nos vies, pas nous en éloigner, Google a lancé une plateforme de ''bien-être digital'' pour encourager des habitudes plus saines grâce à divers outils. Cela pourra peut-être vous aider un peu.

 

Quand vous serez prêt à aller plus loin, sachez que la JOMO attitude suppose quelques règles, dont le door drop (on laisse son smartphone avec ses clefs à l’entrée quand on arrive chez soi) & les holy hours (interdiction de regarder sa tablette ou son portable au réveil, à table…).

Outre-Manche, les convertis à la JOMO se déconnectent des réseaux dès 19 heures chaque soir & n’indiquent plus où ils sont ni ce qu’ils font. Le week-end, ils disparaissent également, pour réapparaître le lundi, en postant un simple ‘’A pure JOMO day’’ signifiant qu’ils ont passé un week-end agréable, sans technologie addictive, en bonne compagnie. Sans photos ni détails descriptifs.

 

 

Vivre le moment présent

 

Quand vous passez du temps sur les réseaux sociaux à admirer la pseudo magnifique vie des autres, vous manquez des moments avec ceux que vous aimez, des couchers de soleil, des rires partagés, des voyages, des promenades, de bons repas en famille ou amis, & j’en passe ! Même quand vous êtes occupé, vous n’appréciez pas le bon moment que vous vivez car vous avez peur de manquer quelque chose pendant ce laps de temps. Ce n’est pas une façon saine de vivre.

 

A contrario, la JOMO permet de vous concentrer sur l’instant présent, qui est un des secrets du bonheur. Quand on libère notre esprit de l’anxiété & de la compétition, on dispose de plus de temps, d’énergie &  d’émotions à dédier à nos vraies priorités.

On ne se rend pas toujours instantanément compte de ce qu’on met de côté quand on passe des heures sur les réseaux ou à regarder les dernières séries Netflix : par exemple, du temps à passer en famille, à faire du sport, à dormir, à acquérir de nouvelles connaissances... Quand on agit avec intention, on décide alors souvent d’abandonner l’activité chronophage en ligne & de se concentrer sur autre chose. En route, on gagne des morceaux de bonheur en plus !

 

Si vous prenez le temps d’accueillir à bras ouverts chaque expérience, en prenant conscience des bons côtés de votre situation, alors la maudite FOMO n’aura plus d’emprise sur vous !

 

 

Apprécier sa propre compagnie

 

Certaines personnes sont nées avec l’aptitude à déconnecter & ne s’inquiètent guère de ce qu’elles pourraient bien manquer. Pour elles, la solitude est importante à cultiver car elles s’y retrouvent face à elles-mêmes, & c’est un moyen de mieux se connaître, de s’apprécier, & de sentir bien. C’est une expérience ultra positive & ressourçante. Alors à côté, louper la fiesta de l’année, c’est vraiment dé-ri-soire.

 

Les introvertis par exemple, apprennent à être heureux en leur propre compagnie car ils sont sur-stimulés dans les situations sociales. Certains, quand ils se trouvent entourés pendant une longue période, ont ensuite besoin de temps avec eux-mêmes pour recharger leurs batteries. Ils trouvent de la joie dans ce qu’ils ont & qui ils sont, plutôt que de se concentrer sur ce qu’ils n’ont pas ou ceux qu’ils ne sont pas.

 

 

Bénéfices collatéraux

 

Une fois dépassées les illusions véhiculées par les médias sociaux & devenu(e) un(e) JOMiste aguerri(e), vous vous rendrez compte que vous vivez plus en accord avec vous-même, que vous avez plus de temps pour vaquer à vos occupations culturelles & sportives.

 

Vous saurez vous arrêter, lâcher-prise.

 

Peut-être même dormirez-vous mieux, loin de la lumière bleue de vos écrans & du stress de louper un truc là maintenant tout de suite.

 

Vous retrouverez aussi votre conjoint, vos enfants, vos amis, vous savez toutes ces personnes vivantes que vous aimez & avec qui vous passiez du bon temps avant de devenir FOMO addict. Vous vous rappellerez à quel point ils donnent du sens à votre vie !

 

Vous relativiserez les aléas de l’existence. Tous les imprévus négatifs du type ‘’plus de wifi’’ deviendront des occasions positives. De la pure JOMO, quoi !!!

 

 

Sur le même thème : Comment faire(& réussir) sa digital detox ?

 

#vivezvibrez !

Laetitia

 

 

CE POST VOUS A PLU? PARTAGEZ-LE & ABONNEZ-VOUS A LA HAPPY NEWSLETTER ! LA VIE, C'EST LE PARTAGE !

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

  • So Wonderflow sur Facebook
  • So Wonderflow sur Instagram
  • Sowonderflow sur Pinterest
  • So Wonderflow sur Twitter
  • Gris Icône YouTube