Rechercher

Vous faites niks ou pas ?

Ça faisait un petit moment qu'on avait pas eu droit à une nouvelle tendance made-in Scandinavie... & bien il est temps d'y remédier avec le niksen ! ''Le livre du Niksen'' d'Olga Mecking, qui vit aux Pays-Bas, en fait l'apologie, & ça n'est pas sans me rappeler ''L'art de de rien faire '' de Catherine Laroze, dont je vous avais parlé dans la Happy Bibli. Ils sont forts ces Scandinaves, en plus d'être parmi les populations les plus heureuses au monde, ils ont des concepts pour tout ;-)



Le constat


Nous menons des vies ultra actives, dans lesquelles nous devons faire preuve de performance dans tous les domaines, que ce soit au niveau personnel ou professionnel. Nous subissons une pression sociale constante. Résultat : nous n’avons pas le temps de faire tout ce que nous avions prévu, nous courons sans cesse à droite & à gauche, nous sommes en proie au stress & nous sommes FA-TI-GUES !


En fait, nous avons du mal à rester inactifs car l'inaction n'est pas valorisée dans notre société. Elle est même culpabilisante, & est souvent assimilée à de la paresse, à une perte de temps. Or, notre temps est précieux puisque nous en manquons tout le temps !



C'est là qu'intervient le niksen !

Le niksen, c'est l'art de de rien faire, en pleine conscience, & surtout, sans culpabiliser. Il est question de l'intégrer dans tous les pans de notre vie. Vu comme ça, ce concept ne semble pas trop compatible avec nos journées trépidantes... Mais si nous voyions l'hyperactivité sous un autre angle ? Son risque majeur est de diminuer notre bien-être mental & d'engendrer une baisse de productivité, loin de l'objectif escompté. Vous commencez à cerner l'idée ?


Pratiquer le niksen, c'est stopper le cercle infernal : on arrête d'en faire toujours plus, on dit bye-bye à la charge mentale. En fait, on va même en faire moins au travail, à la maison, dans les loisirs. En quelque sorte, le niksen va nous offrir des parenthèses de respiration mentale & physique. Prenant ses racines dans la slow life, le niksen est le petit cousin du farniente italien, du chill américain, ou encore du coorie écossais... En France, on a la glande, mais elle est connotée super négative, ce qui n'est pas le cas du niksen !


Bon, le niksen ne se résume pas à ne rien faire, mais à rejeter la suractivité & l'ultra-productivité, pour se diriger vers la simplicité & le minimalisme. Le niksen ne se focalise pas sur l'instant présent, mais sur le vagabondage de l'esprit pour créer de l'espace. Un espace de possibilités. Un espace qui laisse place à l'émergence de nouvelles idées, ou de nouvelles perspectives. Faire niks (ne rien faire), ça en vaut la peine : mieux-être, plus de calme, de créativité, de décisions avisées, d’efficacité, moins d'anxiété, de pics émotionnels, & même ralentissement du process de vieillissement !



Quelques clefs pour faire niks


Le niksen, ça vous tente mais vous vous demandez comment le pratiquer alors qu'activités, corvées & obligations en tous genres se bousculent au portillon ?

  • Pour commencer, il faut lever une croyance souvent bien ancrée : l'oisiveté, ce n'est pas le Mal absolu, & vous ne deviendrez pas un moins que rien si vous ne travaillez pas avec acharnement & que vous intégrez des plages de vide dans vos journées !

  • Donnez-vous la permission de ne rien faire, de manière régulière.

  • Au travail, refusez la culture du présentéisme. Ça tombe bien, le télétravail est en plein essor... Pendant qu'on y est, refusez également de conditionnement de l'immédiateté & de l'urgence pour vous concentrer sur vos priorités du jour.

  • Identifiez votre rythme naturel & respectez-le : il y a des périodes pendant lesquelles vous êtes productifs, & d'autres pas, c'est là que la pause s'impose ! Vous pouvez travailler mieux, en travaillant moins, c'est ce qu'on appelle le slow working.

  • Quand vous cherchez à résoudre un problème, en vain, arrêtez, faites niks. Alors que votre cerveau est occupé à autre chose, la réponse à votre problème ne saurait tarder à émerger. C'est ce que l'on appelle l'effet Eurêka.

  • Intégrez dans votre agenda des plages de non-disponibilité, réservée au niksen.

  • Accordez-vous 10 à 15 minutes par jour pendant lesquelles vous ne faites rien, vous n'avez aucun objectif, vous vous détendez, vous reposez votre cerveau, vous êtes en kif total : écoutez les oiseaux chanter, délassez-vous confortablement installé(e) dans votre canapé, regardez le vent souffler dans les arbres, chantez, tricotez, marchez, rêvassez, regardez par la fenêtre ou restez assis sans rien faire ... Vous prenez le temps d’être, tout simplement, vous vous reconnectez à vous-même, vous savourez ce moment suspendu, & vous rechargez vos batteries !

  • Ne vous découragez pas si vous ne percevez pas immédiatement les bénéfices du niksen... Laissez le temps faire son oeuvre !


Conclusion

Pratiqué régulièrement (on n'a pas dit constamment quand même !), le niksen a un réel pouvoir de transformation : le lâcher-prise, la sérénité s'invitent dans votre vie, vous rendant plus détendu(e), plus heureux(se). Or, la recherche a démontré qu'il existe une corrélation entre relaxation, bonheur & productivité. En clair, en intégrant le niksen dans votre routine quotidienne, vous y gagnerez aussi en performance. Alors, prêt(e) à débuter l’aventure niksen ?


Vivez, vibrez !

Laetitia



Pour aller plus loin


Lisez :

''L'art de ne rien faire'' de Catherine Laroze

''Le livre du niksen'' d'Olga Mecking

CE POST VOUS A PLU ? PARTAGEZ-LE & ABONNEZ-VOUS A LA HAPPY NEWSLETTER !

  • So Wonderflow sur Facebook
  • So Wonderflow sur Instagram
  • Sowonderflow sur Pinterest
  • So Wonderflow sur Twitter
  • Gris Icône YouTube